Nous continuons notre campagne d’information et de sensibilisation avec une quatrième fiche thématique sur les violences subies par des femmes exilées.

Les protections offertes aux femmes étrangères et aux femmes françaises sont les mêmes en matière de violences, quel que soit leur statut migratoire (art. 4 de la Convention d’Istanbul sur la prévention et la lutte contre les violences à l’égard des femmes et la violence domestique).

Violences conjugales

Toutes les violences conjugales sont interdites par la loi, qu’elles touchent un homme ou une femme, qu’elles soient physiques, psychologiques ou sexuelles. Les violences conjugales sont des violences commises au sein des couples mariés, pacsés ou en union libre.

Harcèlement sexuel

Le harcèlement sexuel se caractérise par le fait d’imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou comportements à connotation sexuelle ou sexiste, qui portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant OU créent à son encontre une situation intimidante, hostile ou offensante. Le harcèlement sexuel désigne aussi toute forme de pression grave (même non répétée) dans le but réel ou apparent d’obtenir un acte sexuel, au profit de l’auteur des faits ou d’un tiers.

Agression sexuelle et viol

L’agression sexuelle concerne toute atteinte sexuelle sans pénétration commise sur une victime avec violence, contrainte ou menace. Par exemple : des attouchements. S’il y a eu pénétration, il s’agit d’un viol.

Mutilations sexuelles féminines

Elles désignent toute intervention sur les organes sexuels féminins externes réalisée sans raison médicale. Les deux formes de mutilations les plus fréquentes sont l’excision et l’infibulation.

Mariages forcés

Le cas du mariage forcé concerne une situation où  le consentement de l’un des conjoints n’est pas libre, mais n’a été donné que suite à des pressions psychologiques voire des violences physiques.

Vers qui se tourner ?

Toutes les violences énumérées sont punies par la loi et vous pouvez donc alerter la police ou la gendarmerie, porter plainte et/ou demander l’accès à des services de protection. 

  • N’hésitez pas à contacter la police notamment en cas d’urgence par téléphone en composant le 17. Vous pouvez également effectuer un signalement en ligne via https://www.service-public.fr/cmi 

Néanmoins, il est recommandé de vous faire accompagner avant d’entreprendre ces démarches, parfois lourdes et compliquées.

Des motifs pour la demande d’asile en France : le saviez-vous ?

Pour la demande d’asile, l’OFPRA reconnaît les motifs suivants : les violences domestiques, les violences sexuelles, les mariages forcés, les mutilations sexuelles féminines ainsi que la traite et l’exploitation sexuelle. Cette dernière constitue d’ailleurs le motif majoritaire de demande d’asile à l’OFPRA et ces violences touchent principalement les femmes et les filles.

(Res)sources

N’hésitez pas à partager cet article aux personnes de votre entourage qui pourraient en avoir besoin.

Source : Mégane Ghorbani, consultante formatrice spécialisée en genre et fondatrice du cabinet Esfand.